Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

En Iran, le réformateur Masoud Pezeshkian remporte la présidentielle

Pezeshkian (à-g) et Jalili

Au second tour d’une élection marquée par une forte abstention, ce médecin de 69 ans a battu l’ultraconservateur Saïd Jalili, en promettant d’apaiser la relation de son pays avec l’Occident. En faveur d’une reprise de dialogue sur le nucléaire, cet ancien ministre de la santé sous Mohammad Khatami souhaite sortir l’Iran de l’isolement.

Masoud Pezeshkian, candidat réformateur à l’élection présidentielle en Iran, a battu l’ultraconservateur Saïd Jalili, a fait savoir samedi 6 juillet le ministère de l’intérieur.

Le député Pezeshkian a recueilli plus de 16 millions de votes contre plus de 13 millions à son adversaire, un ancien négociateur nucléaire, sur un total de 30 millions de bulletins déjà dépouillés, selon les autorités électorales. La participation s’est établie à 49,8 %.

M. Pezeshkian, a assuré samedi qu’il « tendrait la main de l’amitié à tout le monde »« Nous sommes tous des habitants de ce pays, nous devrions utiliser tout le monde pour le progrès du pays », a-t-il aussi lancé, lors de sa première prise de parole.

Le scrutin était suivi avec attention à l’étranger alors que l’Iran, poids lourd du Moyen-Orient, est au cœur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s’oppose aux pays occidentaux, notamment les Etats-Unis, son ennemi juré.

Éditorial