Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

FRANCE – Le président Macron sur la question de l’Artsakh : « La Russie est complice de l’Azerbaïdjan, tandis que la France soutient le peuple arménien »

Dans la soirée du dimanche 24 septembre, le président Macron a accordé une interview à TF1, diffusée en direct au journal télévisé de 20 heures. La situation de l’Artsakh a également été évoquée dans la longue série de sujets qui font l’actualité de la France.

Ainsi, à la question du journaliste :  « Est-ce que vous confirmez le soutien de la France au peuple arménien, car beaucoup de Français d’origine arménienne vous écoutent ce soir, ils se posent des questions, ils sont inquiets ; votre soutien sera-t-il seulement verbal, ou…? Sous quelle forme peut-on soutenir les Arméniens ? » le président Macron a répondu :

« Mon soutien est inconditionnel, constant et entier depuis le début et ils le savent. Ces derniers jours, nous avons vécu des crimes inacceptables et des opérations de guerre au Nagorno-Karabakh, cette région reprise par l’Azerbaïdjan à l’automne et l’hiver 2020, dans des conditions terribles, et où les droits des minorités, et en particulier de plusieurs chrétiens qui vivent là-bas, des populations d’origine arménienne qui vivent sur ce sol ont été complètement bafoués.

(…)

Premièrement, nous continuerons à nous mobiliser sur le plan humanitaire, pour venir en secours des populations qui sont dans le Nagorno-Karabakh, et venir les aider sur la question alimentaire et des secours. La deuxième chose, nous apportons un soutien politique pour que la seule paix durable qui peut être négociée – j’ai déjà passé des heures en discussion entre le président de l’Azerbaïdjan et le Premier ministre d’Arménie – le droit des minorités en particulier au Nagorno-Karabakh soit respecté. Et la troisième chose, la France est aujourd’hui très vigilante à l’intégrité territoriale de l’Arménie, car c’est ça qui se joue. Il faut être très clair. On a aujourd’hui, une Russie qui est complice de l’Azerbaïdjan, une Turquie qui a toujours été en soutien de ces manœuvres, et un pouvoir qui est désinhibé et qui menace la frontière de l’Arménie. C’est ça aujourd’hui qui est en risque.  La France se tiendra aux côtés du peuple arménien, de manière claire, et aux côtés du droit international… à chaque fois. »

Éditorial