Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Je vengerai le monde par l’amour » :  un film dédié à Sergueï Paradjanov a rassemblé des stars mondiales autour de lui

Dans le cadre du 100e anniversaire de Sergueï Paradjanov, la première du film documentaire « Je vais venger le monde avec amour : S. Parajanov » aura lieu à Erevan le 8 juillet. 

Comme le rapporte « Armenpress », le film arméno-français, avec la participation d’AVA FILMS, de LA HUIT et du Royaume-Uni, est réalisé par une équipe internationale et sur un large territoire. L’équipe de création du film souligne que Paradjanov était un homme épris de liberté qui jouissait d’une grande célébrité, et qu’il ne pouvait donc pas être traité différemment. 

Selon la réalisatrice, productrice et auteure du film, Zara Dzhyan, la première du film, qui a été tourné en Arménie, en Allemagne, en Serbie et en Lettonie, se déroulera en présence d’invités prestigieux qui ont joué le rôle du héros du film.

Mme Dzhyan a précisé que les interviews des héros du film sont divisées en trois parties : les personnalités culturelles de la période post-soviétique, les personnalités culturelles qui étaient des collègues et des amis de S. Paradjanov, et les personnalités culturelles internationales.

Atom Egoyan, Tarsem Singh, Emir Kusturica, Chulpan Khamatova, Joel Kapro, Ali Khamraev, Laura Guerra, Levon Abrahamyan, Artavazd Peleshyan jouent chacun un rôle dans le film.

« Le travail sur le film a commencé dans le style Paradjanov, sur fond d’événements mystiques. Alors que nous venions d’écrire le scénario et que nous avions déjà pris la route, nous avons réalisé que 2024 serait le 100e anniversaire de la naissance de Paradjanov. En mai dernier, il nous semblait impossible de réaliser tout cela en peu de temps. Heureusement, nous l’avons réussi tous ensemble. Tout a commencé avec Emir Kusturica : nous sommes allés en Serbie pour le filmer, puis beaucoup de gens sont venus en Arménie dans le cadre de l’Abricot d’or, ce qui était bien sûr une grande opportunité. Les héros de notre film, par une coïncidence miraculeuse, se sont trouvés au bon endroit au bon moment. Grâce au caméraman du film, Norayr Kasper, qui a travaillé avec Atom Egoyan et est un de ses amis, nous avons pu filmer Egoyan à Berlin. La participation de ce dernier tenait du miracle, car il était très occupé et disposait de peu de temps. Le film avait vraiment besoin d’un personnage comme Atom Egoyan pour représenter les causes de notre tragédie nationale. Et Tarsem Singh a accepté ma proposition et a fait un long voyage pour que nous puissions le tourner en Arménie », explique la réalisatrice.

Le film commence par la décision de l’auteur de quitter le pays à la suite d’événements dramatiques, puis de retourner dans sa patrie, l’Arménie, à la recherche d’une motivation et du sens de la poursuite de sa vie. Le musée de Paradjanov devient un lieu d’inspiration. « Tout comme dans la partie fiction du film où l’héroïne quitte son lieu de résidence, en se disant “ je ne pourrai plus vivre à Moscou après 2020 ”. Lorsque j’ai accompagné mes connaissances au musée Paradjanov à Erevan, je me suis retrouvée devant son autoportrait intitulé “ L’enfant des trois nations ” et quelque chose s’est passé en moi. Lorsque j’ai vu l’autoportrait, j’ai réalisé les nombreuses difficultés que Parajdanov a dû endurer pendant les années soviétiques, mais il est resté fidèle à son travail, c’était un véritable génie. Je suis très reconnaissante au personnel de ce musée, à Zaven Sarkissian, qui n’est pas physiquement avec nous, mais c’est grâce à lui que nous avons cette insitution », a conclu Zara Dzhyan.

Le film «I Will Avenge the World with Love : S. Parajanov» a été produit avec le soutien du Centre national du film d’Arménie, du ministère arménien de l’éducation et de la culture, du CNC et de Cine+.

Angela Hambardzumyan

« Armenpress » 

Éditorial