Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le député du Parlement européen considère la fermeture du corridor de Berdzor par l’Azerbaïdjan comme un crime de guerre

 

Le député chypriote du Parlement européen, Costas Mavrides, considère la situation désastreuse d’Artsakh due à la fermeture du corridor de Berdzor comme une urgence humanitaire et une violation flagrante du droit international par l’Azerbaïdjan.

Lors d’un entretien réalisé avec lui par « Armenpress » à Bruxelles, en réponse à une question concernant les derniers développements en Artsakh, l’eurodéputé a déclaré que le blocus complet et arbitraire du corridor, en particulier l’entrave à l’approvisionnement en fourniture humanitaire pour les besoins fondamentaux de la population assiégée d’Artsakh, sont considérés comme des crimes de guerre selon le droit international.

« Étant donné que la situation sur le terrain s’aggrave de jour en jour et que l’Azerbaïdjan poursuit sa politique d’affamer le peuple d’Artsakh et n’obéit pas aux décisions des organisations internationales, il est temps que la communauté internationale et l’Union européenne prennent davantage des mesures drastiques, par exemple en imposant des sanctions contre l’Azerbaïdjan », a souligné le député européen.

Éditorial