Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le métro d’Erevan évacué après une seconde alerte à la bombe

Le trafic du métro d’Erevan a de nouveau été suspendu mardi matin alors que les agents de sécurité y recherchaient d’éventuels engins explosifs après une autre alerte à la bombe qui s’est avérée fausse par la suite.

La municipalité d’Erevan a déclaré que des équipes d’ingénieurs avec des chiens renifleurs de bombes avaient été déployées pour effectuer des recherches dans plusieurs stations de métro.

Le ministère des Situations d’urgence a déclaré par la suite qu’aucun engin explosif n’avait été trouvé. Le métro a repris son activité dans l’après-midi.

Il s’agit de la deuxième fausse alerte au cours des trois derniers jours concernant une bombe ou des bombes posées dans le métro.

Dimanche, quelques heures après une explosion et un incendie meurtriers dans le centre commercial Sourmalou à Erevan, le ministère arménien des Situations d’urgence a également reçu des alertes à la bombe concernant plusieurs autres installations de la capitale, dont le métro.

Les passagers ont été évacués et les travaux du métro ont alors été suspendus pendant plusieurs heures.

Finalement, les alertes à la bombe qui auraient été reçues par e-mail se sont avérées fausses. Le Service de la sécurité nationale a lancé une enquête sur les fausses alertes apparemment faites depuis l’extérieur de l’Arménie.

Un responsable du ministère des Situations d’urgence a déclaré lundi que depuis le début de cette année, ils ont reçu plus de 30 fausses alertes à la bombe, une multiplication par quatre par rapport à l’année dernière.

Haroutioun Chebeyan, qui gère une équipe au Centre national de gestion des crises du ministère, a déclaré que les menaces à la bombe reçues par e-mail concernaient principalement d’importants centres de transport, tels que le métro d’Erevan et l’aéroport international Zvartnots.

Le Service de sécurité nationale arménien a appelé les médias et les citoyens « à s’abstenir de publier des informations et des commentaires non vérifiés sur Internet concernant la menace d’attentats terroristes en Arménie et à n’utiliser que rapports officiels afin d’éviter une panique inutile parmi la population.

L’expert en cybersécurité Samvel Martirossian a déclaré que les alertes par e-mail concernant des engins explosifs sont souvent envoyées lors de situations de crise similaires à l’explosion d’un centre commercial en Arménie.

« Il y a une tentative d’influencer la situation socio-politique en Arménie dans son ensemble. Le cas de l’explosion au marché de Sourmalou montre clairement que quelqu’un a essayé d’amplifier le chaos et la panique. En outre, un grand nombre de secouristes ont été déployés pour une recherche de bombes inexistantes alors que leur présence sur le site de l’explosion aurait probablement été plus importante », a déclaré Martirossian.

Éditorial