Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Présidentielle en Iran : un second tour prévu entre un réformateur et un ultraconservateur

La loi iranienne exige que le vainqueur obtienne plus de 50 % de tous les suffrages exprimés. Dans le cas contraire, les deux meilleurs candidats de la course passeront au second tour une semaine plus tard.

Les résultats ont été annoncés samedi lors d’une conférence de presse diffusée à la télévision d’État iranienne par Mohsen Eslami, porte-parole des élections.

Selon ces résultats, c’est le modéré Massoud Pezeshkian qui a pris la tête du scrutin avec 10,4 millions de voix sur 24,5 millions. Alors que Jalili a obtenu 9,4 millions de voix.

Ce scrutin aura été marqué par un faible taux de participation (40 %). Cela en fait le taux le plus bas depuis la Révolution islamique de 1979.

 

Éditorial