Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

RUSSIE – ARMÉNIE – Nouveau clash dans les relations Moscou-Erevan

 

Zakharova : « Une note a été envoyée à l’Arménie, après la visite de la délégation arménienne à Boutcha »

Maria Zakharova, attachée de presse du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré dans une interview accordée à NEWS.ru que son ministère avait envoyé une note à ses partenaires arméniens concernant la visite de la délégation arménienne à Boutcha. 

Selon Zakharova, Moscou considère la visite des représentants de l’Arménie dans cette ville ukrainienne, ainsi que les « déclarations inacceptables » adressées à la Russie et la fourniture d’une aide humanitaire à Kiev, comme un acte inamical.

« Nous considérons la visite de Tigran Der-Margarian, chef du district administratif de Nor-Nork de la capitale, et de Vladimir Karapetian, chef de la représentation diplomatique de l’Arménie en Ukraine, dans la ville de Boutcha comme une action clairement hostile d’Erevan. Nous sommes préoccupés par leur démarche visant à répondre aux besoins de l’armée ukrainienne et par leurs déclarations inacceptables contre la Russie. Nous avons adressé une note au ministère arménien des Affaires étrangères », a déclaré Zakharova.

L’attachée de presse du ministère russe des Affaires étrangères a également ajouté que Tigran Der-Margarian étant un partisan d’Aram Sarkissian, président du parti pro-occidental « La  République », « sa réaction est donc tout à fait compréhensible ». Ce que Zakharova considère comme dommageable, c’est le soutien des autorités arméniennes à de telles déclarations.

Rappelons que le 31 mai, l’administration de la ville ukrainienne de Boutcha a publié un communiqué avec des photos sur la visite de l’ambassadeur d’Arménie en Ukraine, Vladimir Karapetian, et du chef du district administratif de Nor Nork d’Erevan, Tigran Der-Margarian.

La délégation arménienne a fait don de médicaments aux institutions médicales de Boutcha. 

Alen Simonian à la Russie : « En parlant d’actions hostiles, ils feraient mieux de réfléchir sur leurs propres actions en 2020»

Le 10 juin, lors d’une rencontre avec des journalistes, le président de l’Assemblée nationale arménienne Alen Simonian, se référant à la note envoyée par la Russie, a déclaré : « En parlant d’actions hostiles, ils feraient mieux de réfléchir sur leurs propres actions en 2020. »

Alen Simonian a poursuivi : « L’Arménie s’est toujours tenue comme un partenaire fidèle, cru avec une «naïveté» enfantine, jusqu’au dernier moment elle a espéré que la Russie ne l’abandonnerait pas, qu’elle ne « donnerait pas un coup de pied » à l’Arménie et au peuple arménien. Désolé d’avoir employé de tels termes. Mais le gouvernement russe a « donné un coup de pied » à l’Arménie et au peuple arménien, ils nous ont trompés, ils nous ont laissés seuls.

 

J’ai vu, quelque peu surpris et avec beaucoup d’envie lorsque des milliers de missiles se dirigeaient vers Israël, une marine s’approcher des côtes israéliennes et abattre ces missiles, une marine chypriote qui était venue à l’aide à Israël allié. En 2020, il n’y avait pas encore la guerre d’Ukraine ;
la Russie était-elle si faible à ce moment-là pour empêcher notre ennemi de pénetrer dans nos terres et massacrer nos jeunes ? Elle n’avait pas un seul navire dans la mer Caspienne qui pouvait s’approcher un peu de l’Azerbaïdjan ?

Pendant toute la guerre, comme des enfants, nous avons cru de pouvoir arrêter les combats d’une manière ou d’une autre », a déclaré Simonian.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, à son avis, la Russie avait abandonné l’Arménie, comme il le prétend, Simonian a répondu : «Parce qu’elle se préparait à la guerre avec l’Ukraine et qu’un grand deal a été conclu, dont le but était d’avoir la possibilité de contourner d’éventuelles sanctions dans la région. C’était aussi un prix à payer par les Arméniens, car ils avaient choisi l’indépendance et il fallait les punir. Et la dernière option restante était qu’un gouvernement pro-russe vienne au pouvoir en Arménie et que l’Arménie fasse partie de l’État de l’Union avec la Biélorussie et la Russie. »

Éditorial