26/04/2021

Communiqué de presse du Conseil Français-Arméniens


DR

Le 24 avril 1915, il y a 106 ans, débutait le génocide des Arméniens par le gouvernement Jeune-Turc. De 1915 à 1923, environ 1,5 million d'hommes, de femmes et d'enfants ont été exterminés car « ils étaient fautifs d'être enfants d'Arménie » comme l'écrivit Charles Aznavour en 1975.

Ce génocide ne fut malheureusement pas le seul de son siècle. Sa négation ou l'indifférence manifestée à l'égard des survivants et de leurs descendants n'y sont pas étrangères.

Par la loi du 29 janvier 2001, la France a reconnu le génocide arménien, après un long combat, notamment porté par le Comité du 24 Avril. Cette reconnaissance en a entraîné de nombreuses autres. Depuis 2001, le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), successeur du Comité du 24 Avril, lutte avec acharnement tant pour la reconnaissance mondiale du génocide arménien que contre sa négation.

Les évènements tragiques des derniers mois ont toutefois montré que le négationnisme d'état de la Turquie et de ses alliés n'était pas qu'une posture. Après avoir mené une guerre sanglante en Artsakh (Haut-Karabakh), notamment en utilisant contre les populations civiles des armes interdites par le droit international (bombes à sous-munitions, bombes au phosphore blanc), l'Azerbaïdjan et son mentor turc menacent désormais le Syunik (Sud de la République d'Arménie) et tentent de détruire toute trace de l'histoire et des populations arméniennes dans cette région. En tentant de faire oublier les Arméniens, en parachevant son oeuvre génocidaire, la Turquie tente de faire oublier son crime.

Dans ce contexte, plus que jamais, les Français d'origine arménienne entendent porter un message positif sur leurs racines, leur intégration et leur place en France et dans le monde. Viscéralement attachés à la France, patrie qui les a vus naître et qui a recueilli leurs ancêtres, les Français d'origine arménienne, en particulier la jeune génération, regardent le présent avec lucidité et l'avenir avec optimisme. C'est en connaissant notre passé que nous construirons notre avenir.

Cette situation appelle de nouvelles réponses de la France et des Français d'origine arménienne. C'est le sens de la création du Conseil Français Arméniens qui se veut complémentaire de l'action menée par les autres associations.

Paris, le 24 avril 2021

Le bureau du Conseil Français-Arméniens


Partager
Imprimer
Mots clés associés : 24 avril - Génocide des Arméniens 
Dernière mise à jour : 26/04/2021 09:48