27/01/2022

Le gouvernement arménien minimise la hausse du prix du gaz


Le gouvernement arménien a cherché à justifier une augmentation largement anticipée des prix de détail du gaz naturel dans le pays.

Le gouvernement a déclaré que les prix ne devraient pas remonter pendant les dix prochaines années s'ils sont relevés prochainement par les régulateurs des services publics.

La Commission de réglementation des services publics (PSRC) a signalé une hausse des prix avant qu'elle ne soit officiellement demandée ce mois-ci par le réseau de distribution de gaz arménien russe. Le PSRC a déclaré que le gaz principalement importé de Russie pourrait devenir plus cher pour les ménages arméniens le 1er avril.

Dans une déclaration de décembre, le PSRC a évoqué la nécessité de rembourser 270 millions de dollars de prêts utilisés pour la modernisation récemment achevée de la centrale nucléaire de Metsamor. Il a également souligné l'obligation contractuelle de l'Arménie de permettre à Gazprom de récupérer les investissements réalisés dans une grande centrale thermique située dans la ville centrale de Hrazdan.

L'organisme de réglementation a révélé que les gouvernements arménien et russe sont parvenus à un accord qui engage Erevan à fournir à l'usine de Hrazdan 31,8 millions de dollars par an pendant les dix prochaines années.

Le gouvernement a déclaré que l'accord - et la subvention promise en particulier - deviendrait nul et non avenu si l'opérateur Gazprom Arménie ou sa société mère cherchait à implémenter de nouvelles hausses de prix d'ici 2032.

Le PSRC a déjà augmenté les prix de l'électricité et de l'eau potable le mois dernier suite à une inflation la plus élevée depuis de nombreuses années enregistrée dans le pays. Les analystes affirment que la prochaine hausse du prix de l'essence augmentera encore le coût de la vie et frappera particulièrement les groupes vulnérables de la population.

Dans sa dernière demande au PSRC, Gazprom Arménie a demandé, entre autres, à mettre fin à une remise de prix de plus de 30 % dont bénéficient les familles à faible revenu. Les responsables gouvernementaux ont toutefois promis que le tarif préférentiel pour les pauvres resterait le même.

Babken Pipoyan, qui dirige un groupe de défense des droits des consommateurs, a fait valoir que même si les autorités honorent cet engagement, elles ne peuvent pas empêcher les effets d'entraînement sur le coût d'autres produits essentiels.

« Vous ne pouvez pas augmenter le prix du gaz pour les producteurs de pain et vous attendre à ce que les prix du pain restent inchangés », a-t-il déclaré. « Vous ne pouvez pas augmenter le prix du gaz pour les propriétaires de serres et ne vous attendre à aucun impact sur les prix des produits agricoles. »

Les prix internationaux du gaz ont grimpé en flèche au cours de la dernière année. Ils sont maintenant beaucoup plus élevés que le tarif de gros existant de la Russie pour l'Arménie, fixé à 165 dollars par millier de mètres cubes.

Partager
Imprimer
Dernière mise à jour : 27/01/2022 08:13 
Vision plus opticien

 
Agenda
Nouveautés boutique
Archives
NH Hebdo N° 293 - 03/03/2022
 
NH Hebdo N° 292 - 24/02/2022
 
NH Hebdo N° 291 - 17/02/2022
 
NH Hebdo N° 290 - 10/02/2022
 
NH Hebdo N° 289 - 03/02/2022