Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand notre « allié » et nos « amis » s’occupent de notre avenir …

 

En réponse à la demande du service arménien de « Voice of America », le Département d’État américain a confirmé l’information publiée dans la presse selon laquelle il y a quelques jours, avant l’attaque de l’Azerbaïdjan sur l’Artsakh, des diplomates de haut rang des États-Unis, l’UE et de la Russie se sont rencontrés en Turquie.

Dans sa réponse, le Département d’État américain a déclaré : « La réunion tenue à Istanbul le 17 septembre avait pour objectif de résoudre la question des besoins humanitaires urgents au Haut-Karabakh. Les États-Unis restent profondément impliqués dans la situation et sont déterminés à aider les parties à parvenir à une paix durable dans le Caucase du Sud. »

Rappelons que le 4 octobre le journal “Politico”, citant un diplomate et des responsables de haut rang anonymes, a rapporté que des représentants de l’Union européenne, des États-Unis et de la Russie avaient eu des entretiens secrets le 17 septembre à Istanbul, deux jours avant la nouvelle escalade au Haut-Karabakh. Selon la publication, les États-Unis étaient représentés par Louis Bono, conseiller principal du secrétaire d’État américain pour les négociations sur le Caucase, l’UE par Toivo Klaar, représentant spécial de l’UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie, et la Russie. par Igor Khovaev, le représentant spécial du ministre russe des Affaires étrangères pour le règlement des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

La partie russe a également confirmé plus tôt l’information concernant cette réunion. Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a confirmé le 5 octobre l’information sur la réunion tripartite, indiquant « qu’elle ne sait pas si la réunion était secrète ou non ». Elle a déclaré que « les États-Unis et l’Union européenne les avaient approchés en leur proposant de tenir une réunion ».

Sahak SUKIASYAN

Éditorial