Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ARTSAKH – Le ministre d’État Ruben Vardanian répond à la déclaration d’Aliev concernant le dialogue avec l’Artsakh

Le 17 novembre, lors d’une rencontre avec l’envoyé spécial du Partenariat oriental de l’Union européenne, Dirk Steffen Schuebel, Aliev a déclaré qu’il était prêt à un dialogue avec les Arméniens vivant au Karabakh, mais pas avec des personnes telles que Vardanian, envoyé par Moscou, qui est venu avec un agenda clair ».

Ruben Vardanian, ministre d’État de la République d’Artsakh, écrit à ce propos sur sa page Facebook :

« Je salue la volonté du président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, d’entamer un dialogue direct avec l’Artsakh. L’Artsakh devrait prendre part dans ce processus.

Je salue également la création d’un nouveau format de négociations directes par la médiation internationale. Parmi les médiateurs internationaux, outre la Russie et les États-Unis, la France devrait certainement être incluse, la résolution adoptée par le Sénat il y a quelques jours contenait un point sur la reconnaissance du Haut-Karabakh. Je vous rappelle que la France est également pays co-président du Groupe de Minsk de l’OSCE.

Je voudrais également proposer de passer à une voie plus constructive et d’obtenir des éclaircissements sur ce qui, selon M. Aliev, est mon “ agenda clair ”. J’ai souligné à plusieurs reprises que j’ai renoncé à ma citoyenneté russe afin d’éviter d’être accusé de vouloir protéger les intérêts de quiconque en Artsakh, hormis les intérêts du peuple d’Artsakh. Je pense répondre pleinement aux critères du négociateur proposé par M. Aliev : “ Vit au Karabakh et veut y vivre ”.

La guerre amène toujours la guerre. Parfois, cela se produit même après plusieurs générations. Les agressions d’aujourd’hui sont une bombe à retardement pour les générations futures de nos deux peuples. Cela signifie que les dirigeants des deux parties doivent assumer l’entière responsabilité et, aussi difficile que cela puisse être, s’asseoir à la table des négociations et arrêter l’effusion de sang. »

Aliev : « Le processus de discussion avec les Arméniens vivant au Karabakh a commencé »

Selon l’agence APA, qui rend compte de la réunion Aliev-Schuebel, lors de cette même rencontre le chef de l’État azerbaïdjanais a également déclaré que « le processus de discussion avec les Arméniens vivant au Karabakh a commencé. »

« S’il n’y avait pas eu l’intervention de certains pays, c’est-à-dire d’ingérence, et s’il n’y avait pas eu de tentatives pour freiner ce processus, je pense qu’il aurait pu être plus dymanique. Mais cela n’a rien à voir avec Pachinian et son gouvernement. Un accord doit être conclu entre l’Azerbaïdjan, l’Union européenne, les États-Unis et la Russie, c’est-à-dire entre les pays et les structures qui, de l’avis de l’Azerbaïdjan, peuvent soutenir ce travail », a souligné le président azerbaïdjanais.

Éditorial