Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CIJ – Le procès « Arménie contre Azerbaïdjan » – « Si ce n’est pas du nettoyage ethnique,  je ne sais pas ce que c’est  »

Yeghiche Kirakossian à la CIJ

Le 12 octobre, devant la Cour internationale de Justice des Nations Unies (La Haye) se sont tenues les audiences dans l’affaire « Arménie contre Azerbaïdjan ». 

Yeghiche Kirakossian, représentant de l’Arménie pour les questions juridiques internationales, a annoncé dans son discours que « le projet de soumettre les Arméniens du Haut-Karabakh au nettoyage ethnique est déjà une réalité », soulignant qu’il y a neuf mois, il avait prévenu depuis cette même enceinte que l’Azerbaïdjan élaborait un tel plan.

« Bien que les Arméniens de souche aient constitué pendant des millénaires la grande majorité de la population du Haut-Karabakh, il n’en reste presque plus aujourd’hui dans cette région », a-t-il ajouté,  « si ce n’est pas du nettoyage ethnique, je ne sais pas ce que c’est ».

Un certain nombre d’experts internationaux ont également défendu les intérêts de la partie arménienne.

L’avocate Alison McDonald a déclaré qu’« à l’heure où nous parlons, les Arméniens du Haut-Karabakh subissent un nettoyage ethnique. Cette Cour doit prendre des mesures urgentes. »

En publiant des photos d’Arméniens déplacés de force d’Artsakh, elle a jugé important d’assurer leur retour chez eux sains et saufs, de préserver leur langue, leur culture et leur histoire sur leur propre terre. L’avocate a souligné que Bakou s’oppose à la présence d’inspecteurs internationaux afin d’empêcher le retour des Arméniens, et a vivement critiqué la « visite théâtrale » de la mission de l’ONU.

L’avocat Martin Lawrence, venu au tribunal avec une cravate aux couleurs du drapeau arménien, a montré des photos des dernières opérations militaires azerbaïdjanaises, une croix détruite et le changement de nom d’une rue de Stepanakert en l’honneur d’un des dirigeants du génocide de 1915, Enver.

Répondant au nom de l’Azerbaïdjan, le représentant Elnur Mammadov a rejeté des accusations « infondées ». Elles « ne reflètent pas la réalité de ce qui s’est réellement passé », a-t-il ajouté. « L’Azerbaïdjan ne s’est pas engagé et ne s’engagera pas dans un nettoyage ethnique ou dans une quelconque forme d’attaque contre la population du Karabakh », a-t-il assuré.

Erevan a demandé que la Cour ordonne à l’Azerbaïdjan de « retirer tous les personnels militaires et policiers de tous les établissements civils du Haut-Karabakh occupés depuis son attaque armée du 19 septembre 2023 », selon la CIJ.

Erevan a également demandé à la juridiction qu’elle enjoigne à Bakou de « s’abstenir […] d’empêcher le retour sûr et rapide dans leurs foyers des personnes déplacées pendant la récente attaque militaire […] tout en permettant à ceux qui le souhaitent quitter l’Artsakh sans entrave ». 

Éditorial