Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Déclaration du Diocèse arménien de France au sujet de l’incident survenu au Mémorial de Sardarapat

« Nous avons été témoins de l’incident regrettable et honteux survenu le 28 mai 2024, à l’occasion de la fête de la première République d’Arménie, au Mémorial de Sardarapat. Des agents de la police et des services de sécurité gouvernementale ont empêché le Catholicos de tous les Arméniens, ainsi que les membres du clergé qui l’accompagnaient, d’entrer dans le mémorial de Sardarapat pour y prononcer une prière de requiem et rendre hommage à nos héros.

Depuis 2018, l’importance historique et constitutionnelle de l’Église arménienne est ostensiblement bafouée. Son rôle prépondérant dans la victoire des batailles héroïques du mois de mai, dans l’édification de l’État et dans la préservation de l’identité nationale est nié et relégué à l’oubli.

Par la présente, le Diocèse de l’Église apostolique arménienne en France, ainsi que les fidèles et tout le clergé dirigés par le Très Révérend Père Krikor Khachatryan, manifestent leur respect humble et leur soutien indéfectible à Sa Sainteté Karekine II. Ils condamnent avec la plus grande fermeté les actions honteuses et anti-nationales des autorités, et appellent celles-ci à faire preuve de lucidité afin de rectifier leur conduite erronée.

Que cette vérité absolue, proclamée par Saint Jean Chrysostome au 4e siècle, soit le fondement de cette prise de conscience : “ Telle est la grandeur de l’Église : lorsqu’on l’attaque, elle triomphe ; lorsqu’on complote contre elle, elle resplendit ; lorsqu’on la presse, elle est glorifiée. Elle reçoit des blessures sans dépérir, ne se noie pas dans la fureur des vagues, ne souffre pas de naufrages ni de tempêtes. Elle est invincible dans le combat, invaincue dans la bataille. ” » 

Éditorial