Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

DÉCINES – Discours de Mme Laurence Fautra à l’occasion du 109e anniversaire du Génocide des Arméniens

Ci-dessous le discours de la maire de Décines-Charpieu et la vice-Présidente de la Région Auvergne–Rhône-Alpes, Mme Laurence Fautra, à l’occasion du 109e anniversaire du Génocide des Arméniens : 

Commémorer c’est se souvenir de celles et ceux qui ont disparu. Nos frères et nos sœurs d’Arménie victimes du premier génocide du XXe siècle témoignent encore du fond de leur tombeau de l’horreur perpétrée par le gouvernement jeune turc entre 1915 et 1916.

Comme j’ai pu le réaffirmer lors de mon allocution devant le mémorial du génocide des Arméniens, le premier érigé en France en 1972 : en s’en prenant au peuple arménien, l’État Ottoman s’en est pris à l’humanité toute entière et pour l’amour de l’humanité, l’histoire du peuple arménien nous appartient en propre et se confond avec l’histoire de France.       

Nous sommes tous des Arméniens de l’Artsakh chassés de leur terre ancestrale par la nouvelle hégémonie d’Aliyev et de son allié turc. Nous sommes tous les otages et les prisonniers de guerre de l’Artsakh toujours détenus en Azerbaïdjan.

Soyons lucides, aujourd’hui il ne s’agit plus seulement de  lutter contre les formes de révisionnisme ou de négationnisme, c’est la survie même du peuple arménien  qui se joue dans cette partie du Caucase. Une fois encore, une fois de trop : qui se préoccupe du sort des Arméniens ? La France s’en préoccupe comme en 1915 avec Aristide Briand, oui la France se préoccupe du peuple arménien. Nous sommes bien seuls dans la communauté internationale, mais qu’importe, je veux croire que nous sommes juste les premiers. Face à l’urgence, face aux menaces militaires qui pèsent sur l’Arménie et son intégrité territoriale, la coopération militaire de la France doit se renforcer face à un ennemi surarmé et déterminé à rayer de la carte un pays et un peuple aux 3000 ans d’histoire.

Que ce soit aux côtés de Laurent Wauquiez à la Région ou en qualité de Maire de Décines-Charpieu, je n’aurais de cesse de crier haut et fort pour que la cause arménienne soit entendue et que l’avenir de ce pays si cher à nos cœurs soit un avenir de paix et de sérénité pour le peuple arménien tout entier.

Enfin, nous avons rendu hommage à Jean-Jacques Zartarian qui fut un citoyen très impliqué dans la cause arménienne à Décines-Charpieu notamment à travers l’église arménienne, la MCA, le CNMA, la Croix Bleue des Arméniens de France, l’école arménienne, Radio Arménie.

Aux côtés de sa veuve Alicia, de ses enfants Dany-Claude, Johanne-Zad et Sébastien, j’ai tenu à saluer sa mémoire par la pose d’une plaque à son nom tout près du mémorial commémorant le génocide arménien et sous un abricotier, arbre symbole de l’Arménie éternelle.

Éditorial