Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ÉLECTIONS MUNICIPALES D’EREVAN

Selon les résultats préliminaires, les cinq formations politiques qui arrivent en tête sont  : « Contrat civil », « Progrès national », l’alliance « Mère Arménie », « République » et « Voix populaire »

Le dimanche 17 septembre ont été tenues les élections du conseil municipal d’Erevan dans 475 circonscriptions. 14 forces politiques étaient en lice : les partis « Voix populaire », « Contrat civil », « Arménie juste », « Victoire », « Force de la patrie », « européen d’Arménie », « Progrès national ». « Pour la justice sociale », « République », « Arménie unie », « Arménie lumineuse », « Rassemblement démocratique”, « Pays où vivre » et l’alliance « Mère Arménie ».

Le seuil inférieur concernant les partis pour entrer au Conseil était de 4%, pour l’alliance de 6%.

 

Le fait marquant de ces élections était sans aucun doute la très faible participation. Moins de 30% des électeurs (28,46% pour être précis), soit seulement 234.553 sur 824.250 se sont rendus aux urnes.

Le 18 septembre, la Commission électorale centrale a terminé le décompte électronique des voix. Selon les résultats de l’ensemble des 475 bureaux de vote – données encore non officielles – 5 forces politiques ont réussi d’entrer au Conseil municipal de la capitale : les partis « Contrat civil », « Progrès national », l’alliance « Mère Arménie », ainsi que les partis « République » et « Voix populaire ».

Le parti « Pays où vivre » dirigé par Mané Tandilian, qui espérait pourtant de très bons résultats, n’a pas réussi à dépasser le seuil des 4%.

Selon les résultats préliminaires, les sièges du conseil municipal d’Erevan sont répartis comme suit :

« Conrat Civil » 24 sièges, « Progrès national » 14, Alliance « Mère Arménie » 12, « République » 8, « Voix populaire » 7.

Ainsi, aucune des forces politiques n’ayant obtenu plus de 50% des voix, il sera donc nécessaire de former une coalition. Le nombre de sièges du « Contrat Civil » et du parti « République » est de 32, et pour former une alliance (plus de 50 pour cent), il faut remporter 33 sièges.

Le nombre de sièges des trois autres forces politiques atteint ensemble 33, mais pour l’heure, il est difficile de dire comment les événements vont évoluer.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Arménie, la coalition sera nécessaire. Par le passé, même si des coalitions avaient été formées au Parlement, celles-ci n’étaient pas conditionnées par un nombre insuffisant de voix du pouvoir en place, autrement dit, ce n’était pas par nécessité de la loi.

Selon les données publiées par la Commission électorale centrale, la répartition des votes entre les cinq formations politiques qui ont reçu le plus de voix :

– Le parti « Contrat Civil » du pouvoir, 32,57%.

– Le parti « Progrès national », dont la liste électorale était dirigée par l’ancien maire d’Erevan Hayk Maroutian, 18,89%.

– L’alliance « Mère Arménie », formée le 9 août 2023 à l’occasion de ces élections, dirigée par Andranik Tevanian, le coordinateur du mouvement populaire « Mère Arménie », qui a signé un mémorandum sur la coopération et la formation de cette alliance avec Zarouhi Postanjian, présidente du parti « Yerkir Tsirani » et Manouk Soukiassian, président du parti « Arménie intellectuelle », 15,43%.

– Le parti « République » dirigé par l’ancien Premier ministre Aram Sarkissian (frère de Vazguèn Sarkissian), 11,32%.

– Et le parti « Voix populaire », dirigé par Artak Galstian, actuellement en détention, pour extorsion à grande échelle au sein de son parti, 9,68%.

Éditorial