Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La ministre française des Affaires étrangères se rend en Arménie

L’ambassade de France en Arménie a annoncé dimanche 1er octobre que la ministre des Affaires européennes et des Affaires étrangères Catherine Colonna se rendra en Arménie le mardi 3 octobre.

Plus tard, le Quai d’Orsay a publié à ce sujet le communiqué suivant :

« Mme Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, effectuera le 3 octobre un deuxième déplacement en Arménie, après celui du 28 avril dernier. Elle sera reçue par le Premier ministre, M. Nikol Pachinian. Elle se rendra ensuite avec son homologue, M. Ararat Mirzoyan, auprès des réfugiés Arméniens ayant fui le Haut-Karabakh, après l’offensive militaire déclenchée par l’Azerbaïdjan le 19 septembre et neuf mois de blocus illégal, sous le regard complice de la Russie.

La Ministre réitèrera à cette occasion l’engagement de la France aux côtés de l’Arménie. Elle réaffirmera le soutien de la France à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Arménie et son extrême vigilance s’agissant du respect de celles-ci. Elle étudiera avec les autorités arméniennes les modalités concrètes du renforcement de notre coopération dans tous les domaines.

Mme Catherine Colonna rappellera la mobilisation de la France en faveur d’une paix juste et durable dans le Caucase et du respect du droit des populations arméniennes dans le Haut-Karabakh. Cette mobilisation est illustrée par le triplement de l’aide humanitaire apportée par la France au bénéfice de l’Arménie comme des populations du Haut-Karabakh, qui a atteint 12,5 millions d’euros depuis le début de l’année, avec l’annonce par la Ministre le 27 septembre d’une aide financière supplémentaire de 7 millions. Elle s’ajoute aux efforts de la société civile française et des collectivités territoriales. Une aide médicale d’urgence a en outre été remise aux autorités arméniennes le 29 septembre, destiné en particulier à la prise en charge des réfugiés et des victimes de l’explosion d’un dépôt de carburant dans le Haut-Karabakh le 25 septembre au soir. »

Éditorial