Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’ancien maire et deux autres membres de l’opposition évincés du Conseil municipal d’Erevan

L'ancien maire d'Erevan , Haïk Maroutian, lors de la séance extraordinaire du 7 février 

L’éviction de trois membres de l’opposition, dont l’ancien maire Haïk Maroutian du Conseil municipal d’Erevan a semé le trouble au sein de la communauté politique et soulevé des inquiétudes quant à l’avenir de la démocratie dans le pays. Cette décision controversée a été votée le 7 février lors d’une séance extraordinaire du Conseil, par le parti au pouvoir, le « Contrat civil », avec l’aide de deux conseillers du groupe « Voix publique », un parti d’opposition récemment allié au gouvernement.

Lors des élections municipales de septembre 2021, la liste du « Contrat civil », dirigé par le maire Tigran Avinian, a remporté une victoire écrasante, tandis que l’ancien maire Maroutian, représentant l’alliance d’opposition « Mayr Hayastan », est arrivé en deuxième position. Cependant, les tensions entre le gouvernement et l’opposition ont persisté, notamment en raison de désaccords sur la gestion de la ville et sur les décisions prises par le Conseil municipal dirigé par Avinian.

« Contrat civil » et son partenaire de coalition, le parti « Hanrapetutyun », affirment que les membres de l’opposition évincés n’ont pas assisté à la plupart des sessions et des votes du Conseil municipal, violant ainsi leurs obligations en tant que conseillers municipaux. Ils soutiennent que cette absence répétée constitue un manquement à leurs devoirs et justifie leur éviction du Conseil.

Les forces d’opposition rejettent fermement les explications du gouvernement, arguant que les absences en question s’inscrivaient dans le cadre de boycotts légitimes visant à faire échouer des décisions clés prises par le maire actuel. Ils accusent le gouvernement de manipulation politique et de chercher à étouffer les voix critiques au sein du conseil municipal.

Éditorial