Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’Azerbaïdjan poursuit son plan de désarménisation du Haut-Karabakh

De récentes photos-satellites ont permis de constater que l’Azerbaïdjan avait entièrement détruit l’élégante église de la Sainte Ascension [Սուրբ Համբարձման եկեղեցի]de Berdzor (Latchine), en Artsakh.

A partir de l’occupation de la région par Bakou, et avant d’être détruite, cette église a été pendant une très longue période enserrée par des échafaudages, laissant planer le doute sur les intentions des autorités azerbaidjanaises. Un projet de transformation du sanctuaire en mosquée avait même été abondamment diffusé dans la presse azerbaïdjanaise, sans doute dans le but de blesser les sentiments religieux des Arméniens et pour les humilier. Le sanctuaire a finalement été entièrement rasé.

De la même manière, Bakou a procédé à la destruction intégrale de l’église Saint Jean Baptiste de Chouchi [ԿանաչԺամ], visiblement après avoir l’avoir restaurée en tant qu’église « russe ». 

 

Depuis plusiurs trois  jours, de nouveaux clichés circulent sur le net suscitant les plus vives inquiétudes au sujet de l’église des Saint Martyrs du village d’Aghavno qui apparait également entièrement cernée par des échafaudages. Tout laisse à penser que les azerbaïdjanais procèderaient à sa destruction, comme ils l’ont fait dans les deux cas précédents.

L’église des Saints Martyrs [ Սրբոց Նահատակաց ] avait été consacrée en juillet 2002. Barouyr Hayrikyan, le fondateur et président du « Parti pour l’autodétermination nationale » (ԱԻՄ ) avait été à l’origine de sa construction, considérant de son devoir de perpétuer la mémoire des volontaires tombés dans ces territoires pendant la « 1ère Guerre d’Artsakh ». C’est pour cette raison que l’église portait le nom de « Saints Martyrs ».

Dans un communiqué en date du 17 mai, l’organisation compatriotique « Gardman- Chirvan- Nakhitchévan » dénonçait un processus de « nakhitchavanisation » de l’Artsakh. 

La chose est plus qu’évidente.

De leur côté, les media azerbaidjanais présentent le plus souvent ces destructions comme une « remise en conformité au regard de la Loi » : ces églises auraient été construites de manière illégale lors de « l’occupation arménienne », « les propriétaires des terrains sur lesquelles elles ont été bâties ont été injustement spoliés » … Il ne manque que les arguments de l’absence de conformité au plan urbain (PLU) et aux normes antisismiques. 

Il est vrai que l’Azerbaïdjan est universellement connu pour son respect du Droit …

On ne peut que nourrir les pires inquiétudes pour les autres sanctuaires arméniens de construction récente qui seront sans aucun doute les prochaines cibles de Bakou : 

–  Sainte Mère de Dieu d’Askeran (2002)

- Saint Nersès le Grand de Martouni (2004)
- Saint Georges de Yegtsahogh (2006)
- Saint Serge  de Harutyunagomer (2006)
- Saint Antoine de Zaglik (2007)
- Saint Jacques de Nisibe de Stepanakert (2007)
- Saint Georges du Nerkin-Horatagh  (2012)
- Sainte Mère de Dieu de Vaghouhas (2012)
- Saint Jean-Baptiste de Karagalkh (2013)
- Saint Georges de Metz Chen (2013)
- Saint Vardanants de Chartar (2018)
- Cathédrale de la Protection de la Sainte Mère de Dieu de Stepanakert (2006-2019)

 

Gorune S.

Éditorial