Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères met en garde la France

«La France peut être sûre que la campagne anti-azerbaïdjanaise, les propos désobligeants et les provocations ne resteront pas sans réponse »

« Non seulement la France n’a pas présenté d’excuses pour des propos aussi irresponsables et inacceptables, mais elle a également étendu la campagne de diffamation contre l’Azerbaïdjan dans Le Point et d’autres médias locaux français », a déclaré Aykhan Hadjizadé, porte-parole du ministère des Affaires étrangères en répondant à une question des médias locaux sur la qualification de l’Azerbaïdjan par la partie française de « dictature ».

« La campagne anti-azerbaïdjanaise menée par la France sous le couvert de la démocratie vise à masquer les lacunes de la politique étrangère de ce pays.

Dans le même temps, alors que la France tente d’enseigner la démocratie au monde, ses actions, telles que les violations du droit international, la politique néocoloniale, le racisme, la discrimination, l’islamophobie et les restrictions des droits de l’homme, sont bien connues. Ainsi, avant de qualifier l’Azerbaïdjan de dictature, la France ferait bien de prendre note de ses actes.

La France peut être sûre que la campagne anti-azerbaïdjanaise, les propos désobligeants et les provocations ne resteront pas sans réponse », a fait savoir le porte-parole Hadjizadé.

***

Des articles condamnant le régime dictatorial de l’Azerbaïdjan paraissent régulièrement dans la presse française. L’hebdomadaire “Le Point” dans son numéro de la semaine dernière avait publié tout un dossier sur ce sujet et en particulier à l’ingérence de l’Azerbaïdjan dans les affaires de la France. L’hebdomadaire avait même consacré sa couverture au même sujet, avec les titres suivants : “Le jeu de l’Azerbaïdjan en Nouvelle-Calédonie – Son ingérence dans les élites françaises – Ilham Aliev, le dictateur qui en veut à la France”.

 

Éditorial