Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les manifestations de désobéissance se poursuivent à Erevan et dans les régions

Le mouvement « Le Tavush pour la Patrie » mené par le Mgr Bagrat Galstanian réclamant la démission du Premier ministre Pachinian et qui avait tenu son premier grand rassemblement le 9 mai sur la Place de la République d’Erevan poursuit ses actions, suivant les indications de Monseigneur.

Après une brève et relative accalmie pendant le week-end, les manifestations de désobéissance ont repris depuis le matin du 14 mai. Les manifestants ont organisé des marches à Erevan, bloquant une douzaine d’artères centrales.

La police, faisant usage à nouveau de le force disproportionnée, a arrêté 63 manifestants, qui ont ensuite été relâchés.

Ces manifestations ont été émaillées non seulement d’incidents avec les forces de l’ordre, mais parfois entre des citoyens bloquant les rues et d’autres s’y opposant.

Le journaliste de Mediahub Narée Guevorkian, qui couvrait les manifestations en cours dans la capitale, a été heurtée par une voiture de police dans la rue Abovian alors qu’elle traversait sur un passage piéton (voir photo c–dessous). Elle a été blessée à la jambe et a été transportée à l’hôpital.

Mher Davtian, coordinateur d‘ABCmedia.am, et Marie Manoukian, journaliste de 24-news.am, ont également été touchés lors des interventions musclées des Bérets rouges (Forces spéciales) les jours précédents. Ils affirment que la police a particulièrement ciblé les journalistes.

Les membres du mouvement « Le Tavush pour la Patrie » ont visité l’Université d’État d’Erevan, où certains étudiants ont déclaré ces jours-ci une grève et participent à des manifestations.

Les membres du mouvement ont ensuite visité l’Union des journalistes.

La veille, ils avaient également rencontré les membres de l’Union des artistes-peintres et de l’Union des écrivains.

Parallèlement, des manifestations ont eu lieu dans les régions, la route Armavir-Gyumri a été fermée.

Les Bérets rouges ont également arrêté Hampik Sassounian, membre de l’organisation «Commando justicier du Génocide arménien», alors qu’il marchait sur la route, lui ont tordu les mains et l’ont frappé au visage. Sassounian a déclaré qu’il portera plainte contre le membre des Bérets rouges qui l’a frappé et le poursuivra devant la justice afin qu’il soit puni.

Éditorial