Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ministère des Affaires étrangères d’Arménie : « Les tentatives de Bakou d’interférer dans les discussions intra-arméniennes constituent une ingérence flagrante dans nos affaires intérieures »

Le 7 juin, le ministère arménien des Affaires étrangères a publié le communiqué suivant en réponse à la déclaration faite le 6 juin par le président azerbaïdjanais Ilham Aliev qui exigeait l’amendement de la Constitution arménienne :

« La République d’Arménie n’a aucune revendication territoriale envers aucun de ses voisins, y compris l’Azerbaïdjan.

La Constitution arménienne et ses amendements relèvent des affaires intérieures de notre pays, et nous considérons les tentatives de Bakou de s’immiscer dans les discussions internes arméniennes à ce sujet, qui ont débuté en 2018, comme une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de notre pays.

Dans le même temps, nous considérons qu’un tel discours mine le processus de paix et jette le doute sur la sincérité des dirigeants de l’Azerbaïdjan dans leur volonté de parvenir à la paix.

L’accord de paix en cours de négociation entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan établit clairement que les parties reconnaissent mutuellement leur intégrité territoriale et n’ont aucune revendication territoriale l’une contre l’autre. Il existe également une disposition convenue dans le projet d’accord de paix selon laquelle aucune des parties ne peut invoquer sa législation nationale pour ne pas remplir les obligations assumées par l’accord de paix.

La signature de l’accord et la ratification par les procédures nationales établiront enfin ces principes.

En conséquence, nous considérons que la manière la plus claire et la plus directe de résoudre toutes les préoccupations des parties est la signature de l’accord, qui ouvre la page d’une paix à long terme entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

L’accord de paix entre ces deux pays est suffisamment mûr pour être signé, et la partie arménienne se déclare prête à travailler de manière constructive et intense afin de l’achever et de le signer dans le mois prochain. »

Éditorial