Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mirzoyan : « Christian Ter-Stepanian était un diplomate exceptionnel et représentait fièrement l’Arménie sur diverses plateformes internationales »

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, en visite de travail à Paris, a participé le 9 novembre à la 42e session de la Conférence générale de l’UNESCO.

La session a été précédée d’un hommage à la mémoire du Représentant permanent de l’Arménie auprès de l’UNESCO, Christian Ter-Stepanian, au cours duquel des discours ont été prononcés par le Président de la Conférence générale de l’UNESCO, le Président du Conseil exécutif, la Directrice générale de l’UNESCO et le Ministre des Affaires étrangères de l’Arménie.

Dans son discours, le ministre Mirzoyan a notamment mentionné :

« C’est avec une profonde tristesse que je rends hommage à la mémoire du représentant permanent de l’Arménie, notre cher collègue S. E. M. Christian Ter-Stepanian, décédé le 7 novembre à l’âge de 72 ans.

L’Ambassadeur Ter-Stepanian était un diplomate exceptionnel qui a grandement contribué à la mise en place du système de service diplomatique de l’Arménie, représentant fièrement notre pays sur diverses plateformes internationales.

Christian Ter-Stepanian a consacré les dernières années de sa vie à promouvoir les valeurs et principes clés de l’UNESCO et à renforcer la coopération de l’Arménie avec l’Organisation.

En tant que représentant personnel du Premier ministre arménien auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie, l’ambassadeur Ter-Stepanian a joué un rôle inestimable dans le développement des relations de l’Arménie avec l’Organisation et ses États membres.

Les trente années de sa carrière professionnelle ont été marquées par le dévouement, le professionnalisme et le travail inlassable au service de l’Arménie pour mettre en avant les priorités nationales et de la coopération internationale. La communauté diplomatique se souviendra de lui, tout comme de nombreux diplomates ici présents, comme un bon collègue et une personne merveilleuse.

Je présente mes plus sincères condoléances aux membres de sa famille, à ses proches et à tous ceux qui portent son deuil. »

Mirzoyan : « La mission de l’UNESCO en Artsakh est un facteur clé pour prévenir la destruction des valeurs culturelles »

Le ministre arménien des Affaires étrangères a également prononcé un discours lors de la 42e session de la Conférence générale de l’UNESCO. Il a déclaré que le blocus de l’Artsakh par l’Azerbaïdjan pendant 10 mois, la crise humanitaire, l’attaque militaire à grande échelle et le ciblage aveugle de la population civile et des infrastructures ont conduit au déplacement forcé et au nettoyage ethnique de l’ensemble de la population d’origine arménienne d’Artsakh, les obligeant à quitter leurs foyers, laissant derrière eux leurs sanctuaires et leur héritage culturel et religieux millénaire.

Le ministre a mentionné qu’il est primordial de protéger le patrimoine culturel et religieux restant en Artsakh du vandalisme et du pillage.

« Depuis l’automne 2020, la République d’Arménie a continuellement alerté la communauté internationale au sujet de la politique d’État de l’Azerbaïdjan visant à détruire, à profaner et à s’approprier l’immense patrimoine religieux et culturel de l’Artsakh et de ses environs  », a-t-il déclaré, en poursuivant : « La mission d’enquête indépendante de l’UNESCO en Artsakh, aux fins d’une observation permanente et d’une cartographie du patrimoine culturel arménien, est un facteur clé pour prévenir la destruction ou l’altération des valeurs culturelles arméniennes. »

Mirzoyan a également rencontré la directrice générale de l’Organisation, Audrey Azoulay, à qui il a souligné, une fois de plus, la nécessité d’une réaction rapide de la part de l’UNESCO et a expliqué l’importance d’envoyer une mission urgente en Arménie par l’Organisation pour évaluer les besoins éducatifs des enfants migrants déplacés de force.

« L’importance d’envoyer une mission d’enquête de l’UNESCO au Haut-Karabakh afin de procéder à une observation permanente indépendante et à une cartographie des monuments culturels sur place a été soulignée par les deux parties » indique le communiqué du ministère des Affaires étrangères de la République d’Arménie.

Éditorial