Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mourad Papazian, la voie (voix) de Moscou ?

Dans une interview accordée à  « Alpha News » le 19 avril et reprise par le media « Yerkir », organe officiel de la FRA en Arménie, Mourad Papazian déclare : « L’Occident ne nous protégera pas lorsque l’Azerbaïdjan nous attaquera ». Ci-dessous, l’extrait publié par « Yerkir » et le lien pour prendre connaissance de l’intégralité de cette interview sur « Alpha News ».

Mourad Papazian, membre du Bureau de la FRA, Coprésident du Conseil de coordination des organisations arméniennes en France, a déclaré en direct sur « Alpha News » : « Nous venons de  perdre l’Artsakh, c’est maintenant au tour de l’Arménie … Tout cela était prévisible, car cette démarche correspond à la politique de compromis de Nikol Pachinian. Depuis plusieurs années nous essayons d’expliquer à l’opinion publique que le plan de Pachinian est de céder à l’Azerbaïdjan et à la Turquie. Aujourd’hui, nous savons qu’Aliev et Erdogan ont décidé d’un commun accord de mettre la main sur l’Arménie, avec l’assentiment de Pachinian. Lorsque nous défendions l’Artsakh, nous affirmions toujours qu’en défendant l’Artsakh, nous ne défendions pas seulement les Arméniens de l’Artsakh, mais aussi l’Arménie, car l’Artsakh était le bouclier de l’Arménie… Nous devrons nous battre pour le retour du peuple arménien en Artsakh. Nous avons perdu l’Artsakh, c’est maintenant le tour de l’Arménie. Le peuple arménien devrait s’inquiéter de la politique de Pachinian… Pachinian mène une politique anti-arménienne et nous devons absolument la rejeter, nous y opposer, descendre dans la rue, la rejeter politiquement et populairement. »

Selon Mourad Papazian l’objectif d’Aliev et d’Erdogan est de mettre l’Arménie à genoux, et Pachinian est leur instrument. Il ajoute : « Pachinian est un outil pour mener une politique antirusse en Arménie et créer les moyens permettant d’affaiblir la Russie au Caucase. La Russie était la garante de la sécurité de l’Arménie. La Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est,  sont des forces turques qui veulent détruire l’Arménie. Étant parvenu au pouvoir, Pachinian est devenu pro-occidental. Bien sûr, il est devenu une pièce de l’Occident ou d’une partie de l’Europe, d’autant  que la France avait de la sympathie pour l’Arménie et l’Artsakh. Mais la réalité est qu’aujourd’hui la France est assez isolée en Occident avec sa sympathie pour l’Arménie. Les autres forces qui font partie de l’OTAN et les États-Unis dépendent également de la Turquie car ce pays est la deuxième force militaire de l’OTAN et nous savons très bien que la Turquie et l’Azerbaïdjan ne veulent pas la paix avec l’Arménie, mais qu’ils veulent mettre la main sur l’Arménie ». Et de conclure : « J’ai parlé avec les dirigeants français. Je leur ai demandé : si demain l’Azerbaïdjan attaque l’Arménie l’Occident enverra-t-il des troupes ?  La réponse a été non. L’Occident n’est pas en mesure de protéger l’Arménie aujourd’hui ».

Le grand problème est que la Russie n’a pas – et c’est un doux euphémisme – brillé ni par ses intentions, ni par ses actions, en particulier en Artsakh, pour la « protection du peuple arménien frère » et de son « alliée », la République d’Arménie (NDT).

Pour visionner l’interview dans son intégralité :

https://youtu.be/u7KmHz-aXK4?feature=shared

Traduction : Gorune S. 

Éditorial