Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Paris boycotte la COP29 en Azerbaïdjan


Rémi Féraud, initiateur du vœu

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mardi 28 mai – Depuis plusieurs mois, Anne Hidalgo, maire de Paris, appelle au boycott de la COP29, prévue à Bakou, en Azerbaïdjan. Le Cercle d’Amitié France-Artsakh se réjouit du vote à l’unanimité du vœu présenté par Rémi Féraud au Conseil de Paris le 24 mai dernier, demandant que la France ne participe pas à la prochaine édition de la conférence internationale sur le climat.

Le Cercle d’Amitié France-Artsakh salue cette décision unanime du Conseil de Paris, qui envoie un signal fort à la communauté internationale. Ce vote est une prise de position claire contre les pratiques répressives et autoritaires du régime azerbaïdjanais. La lutte contre le changement climatique ne doit en aucun cas se faire au détriment des droits humains et des principes démocratiques fondamentaux.

Il est absurde et profondément injuste que le régime azéri, auteur du nettoyage ethnique précédé d’un blocus de dix mois en Artsakh, puisse accueillir la COP29 du 11 au 22 novembre 2024 à Bakou, au lieu de subir des sanctions des grandes démocraties, comme c’est le cas de la Russie, alliée de circonstance de l’Azerbaïdjan. Ces actions inhumaines du régime d’Ilham Aliev, connues pour leurs violations flagrantes des droits de l’homme, ne peuvent et ne doivent être légitimées en accueillant un événement de cette envergure. En boycottant la COP29 à Bakou, Paris montrera l’exemple et réaffirmera son engagement indéfectible en faveur des droits humains et du droit international.

Le vote de la Ville de Paris survient cinq jours après l’appel public de Xavier Bertrand, Président Les Républicains des Hauts-de-France, lancé au gouvernement français à boycotter la COP29 dans le contexte de l’ingérence de l’Azerbaïdjan dans la crise en Nouvelle-Calédonie. « Ce qui se passe en Nouvelle-Calédonie avec le rôle de l’Azerbaïdjan doit nous amener à dire que la France ne participera pas à cette COP à Bakou », a-t-il déclaré, soulignant la nécessité de prendre des mesures fermes contre un régime cherchant à déstabiliser la France.

« Le boycott de la COP29 à Bakou est une question de responsabilité. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur les abus du régime azerbaïdjanais. La justice climatique et les droits humains sont indissociables, et cette décision unanime montre que Paris se tient fermement aux côtés des valeurs que nous défendons »  indique François Pupponi, Président du Cercle d’Amitié France-Artsakh. ⊆

Éditorial