Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

TURQUIE – Une nouvelle reconversion d’une église en mosquée

Bien que l’origine de l’église byzantine de Saint-Sauveur-de-Khora (Kariye) à Istanbul remonte, selon différentes sources historiques, jusqu’au 5e siècle, on l’attribue plutôt au 8e siècle. Mais, son aspect global d’aujourd’hui date lui, d’après les spécialistes, du 14e siècle. En effet, c’est le Trésorier principal du Palais, Theodoros Methokites qui l’aurait fait restaurer, reconstruire entre 1315 et 1321. Considérée comme l’un des joyaux de la Renaissance byzantine, célèbre pour ses fresques, cette église emblématique qui, au cours des siècles succédant la prise de Constantinople en 1453, n’avait déjà pas pu échapper à la «loi de la reconversion en mosquée », et qui avait subi certaines modifications architecturales, avait été une nouvelle fois restaurée entre 1945 et 1953 (par “Byzantine Institue of America” et sous la houlette de son fondateur Thomas Whittemore) pour finalement servir de musée. 

Et de nos jours, comme s’il n’y avait pas un nombre suffisant de mosquée en Turquie et comme si elles étaient toutes remplies tous les vendredis, jour de prière, les autorités du pays ont décidé de reconvertir cette église (mais aussi le monastère tout aussi impressionnant qui l’entoure) que le byzantiniste Cyril Mango avait qualifié de “Histoire gravée dans la pierre”. La première prière après cette nouvelle transformation a eu lieu le 6 mai (même pas un vendredi), juste avant la visite officielle à Ankara, du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, qui a indiqué qu’il allait demander au Président turc d’inverser la décision.

La décision de la reconversion avait été prise en 2020 par Ankara « mais le fait que sa mise en oeuvre coïncide avec ma visite me permettra certainement de soulever cette question et de voir s’il y a une possibilité d’inverser cette décision », a indiqué Mitsotakis lors d’un entretien à la télévision publique grecque AlphaTv.

Et tout ceci alors que la plaie de la basilique Sainte Sophie (Aya Sofia) est encore saignante…

 

Éditorial